Archive | Vie de famille RSS feed for this section

Notre retour à la maison

29 Sep

Le lundi 3 août, on nous donne enfin le feu vert pour qu’on rentre à la maison. En effet, j’ai eu mes deux perfusion de fer, le « petit » chevalier n’a pas fait d’hypoglycémie depuis plus de 24h et il a repris du poids.

Le Mutant étant en vacances pendant 3 semaines, on pense pouvoir prendre notre nouveau rythme de vie plus facilement. Mieux, on reprend directement une vie normale!
Le mardi, on va chez des amis qui ont un cadeau pour le petit. Le vendredi, on va faire nos courses (comme tous les vendredis). On prévoit même d’aller à la fête médiévale le samedi ou le dimanche… Mais pendant les courses, je ne me sens pas bien et je file à la voiture avec mon fils. On se dit qu’on est peut être aller trop vite…

La nuit de vendredi à samedi, j’ai de la fièvre, des frissons. Je ne me sens vraiment pas bien. Le samedi matin, ça va un peu mieux pour finalement aller encore plus mal dans la journée. Je passe mon weekend au lit, « shootée » au doliprane. J’ai de fortes fièvres des frissons, des sueurs froides, je suis prise de tremblements… Pour le coup, j’ai l’impression que je vais crever!

Lundi, je vais chez le médecin. Elle me dit que j’ai une infection soit urinaire, soit gynécologique. Elle me faire une prise de sang et une analyse d’urine, et me met sous antibiotiques à large spectre en attendant les résultats.
Le soir même elle m’appelle car elle a reçu les résultats de la prise de sang. Ils sont vraiment très mauvais. Elle me prescrit deux nouveaux antibiotiques, dont un en intramusculaire. Je dois refaire une prise de sangle jeudi et si ça ne va pas mieux, elle m’hospitalise… Autant vous dire que je flippe grave à ce moment là!

Le jeudi, je revois ma docteur. Elle me dit que l’antibiotique fait son effet et que mes résultats sont meilleurs. Elle m’explique que d’après les résultats des analyses, je fais une pyélonéphrite. Elle me dit aussi, qu’elle m’a laissé 48h avec les antibios en intramusculaire pour m’éviter l’hospitalisation car elle sait que l’allaitement est très important pour moi… Si elle ne me connaissait pas, ou s’il n’y avait pas eu le « petit » Chevalier, j’aurais été à l’hôpital directement…

Grâce aux piqûres tout est rentré dans l’ordre et j’ai pu assister au mariage de ma petite soeur…

MAIS, 15 jours après, l’infection urinaire était toujours là. J’ai repris des antibios (par voie orale ce coup-ci). J’ai refait une analyse d’urine ce week end, et devinez quoi? Oui oui, cette saloperie est toujours là!!!!

Finalement, le retour à la maison a été chaotique et nous avons vraiment peiné à trouver notre rythme à 5… Mais petit à petit, on arrive à s’y faire. Chacun trouve sa place. Chacun essaye de trouver du temps pour lui et pour reprendre ses activités… Mais ça, nous en parlerons dans un prochain article ^^

 

Lutine Sucrée 

 

La naissance d’un Chevalier

23 Sep

Comme je vous le disais dans l’article précédent, la fin de la grossesse a été difficile, et la chaleur n’a rien arrangée.

Pour faire court: douleurs au bassin et aux hanches, fatigue, ventre énorme et du mal à me bouger, des contractions….

J-11

Le 14 juillet, j’ai eu une fausse alerte.
Lors d’un monitoring, voyant mon épuisement, la sage femme me dit qu’elle me fera un décollement des membranes la fois d’après. Sauf que, la fois d’après, elle suspecte une infection urinaire… Bref, 6 jours avant d’accoucher, j’étais sous antibiotiques à cause de cette infection toute pourrie.

 

Le 30 juillet 2015, vers 3h30 du matin, je suis réveillée par une contraction. Je suis plus ou moins habituée alors je n’y prête pas vraiment attention. Quelques minutes plus tard, une autre contraction vient chatouiller la cicatrice de ma césarienne et je vous assure que c’est loin d’être drôle. Les contractions s’enchaînent et sont loin d’être comme celles que j’avais jusque là.

3h45/4h00, le Mutant se réveille. Je lui explique la situation (entrecoupée de « P***** ça fait mal! », oui je ne suis pas polie quand j’ai mal!). Il me demande ce que je veux faire. je lui répond qu’on attend car il est bien trop pour appeler l’amie qui doit garder les filles.

5h45, je ne tiens plus. J’ai vraiment mal, je ne trouve pas de position pour me soulager. Le Mutant appelle la maternité pour leur dire qu’on arrive. Ensuite, il appelle mon amie pour savoir si on peut lui amener les filles.
On réveille les filles, on prépare les affaires et on part.

6h30/6h45, nous arrivons à la maternité. La sage femme qui me prend en charge décide de m’examiner avant de faire un monitoring. Je crois qu’elle a pitié de moi: j’avance voûtée comme une grand mère et ne peux plus faire un pas dès qu’une contraction se pointe. Bilan de l’examen: col ouvert à 4cm. On part en salle d’accouchement.

7h30, l’anesthésiste arrive pour me poser la péridurale. Quand je suis tombée enceinte, j’avais dans l’idée de faire sans cette fois-ci. Et puis, ma gynécologue m’a prévu un bébé de 4kg à la naissance. J’avoue avoir eu peur et j’ai préféré demander la péridurale.

A partir de là, je me prépare à passer la fin de la journée ici, dans cette salle d’accouchement. En effet, pour les filles il s’est écoulé environ 12h entre mon admission et la naissance.

Je vous ferais grâce des détails (avancée du travail, dose supplémentaire de péridural, perte des eaux…). Le bébé étant encore haut et mal mis, je change de position toutes les 15 minutes. Puis, c’est le moment et je commence à pousser. Finalement, alors que la péridurale ne fait presque plus effet, que j’ai mal comme jamais et que je suis épuisée, je pousse comme une folle une dernière fois et à 13h03, mon bébé né.

Après un petit moment de peau à peau, l’auxiliaire puéricultrice prend le bébé et avec le Mutant, ils partent faire les premiers soins. Pendant ce temps, la sage femme me fait quelques points (3 ou 4). Je pense que c’est fini quand ma tension baisse, la sage femme appelle anesthésiste et gynécologue de garde en leur disant de rappliquer vite. C’est le branle bas de combat. En effet, je perd beaucoup de sang. Mon utérus ne se remet pas aussi vite qu’il faudrait.
La gynécologue va observer mon placenta pendant que l’anesthésiste prépare une seringue qu’elle met dans le cathéter. Elles se préparent pour une révision utérine. Mais, ma tension remonte, mon utérus se remet un peu… Elles décident donc de laisser un peu de temps à mon corps pour se remettre.

La gynécologue en profite pour aller voir le bébé. Elle revient pour annoncer son poids. Je pense mal entendre mais elle le redit et il en ressort que j’ai eu de la chance de l’avoir qu’une mini déchirure et que mon utérus à bien morflé.

On me ramène mon bébé qui prend une longue tétée. Puis, comme je m’endors, elles le remettent dans son berceau à côté de moi.
Au moment de remonter en chambre, je ne sens plus ma jambe droite et j’ai des vertiges. Je remonte donc en lit et non en fauteuil roulant. J’ai interdiction de me lever avant le soir et je dois demander de l’aide jusqu’au lendemain matin car j’ai perdu trop de sang (presque 1L). D’ailleurs, j’aurais le droit à deux perfusions de fer à cause de ça…

perfusion de coca... oups de fer!

perfusion de coca… oups de fer!

 

Le Petit Chevalier est né le 30 juillet 2015 à 13h03. Il mesurait 54cm et pesait 4,590kg.

petit chevalier

 

Lutine Sucrée

6 mois

25 Avr

Aujourd’hui, le Mutant et moi sommes officiellement mari et femme depuis 6 mois.

Je n’ai rangé les derniers vestiges de cette journée (bouquet, déco) que la semaine dernière. J’en ai eu les larmes aux yeux. Voir ces objets m’ont replongé 6 mois en arrière. Ça me paraît à la fois si proche et si loin!

Quand j’étais plus jeune, je rêvais d’un « grand » mariage. Je rêvais d’une robe blanche, d’église et tout ce qui fait un grand mariage quoi. Puis, quand c’est devenu sérieux avec le Mutant et qu’on a commencé à parler mariage, j’ai dû faire une croix sur l’église. Petit à petit, mon envie de robe blanche est passée aussi. Je voulais me marier en noir.

Régulièrement nous parlions du mariage de nos rêves. Et systématiquement nous finissions la conversation par « on verra quand on aura les moyens! ». Parce que oui un mariage ça coûte cher et un « grand » mariage encore plus.

Et puis, il y a eu cette surprise pour mes 30 ans. Et en deux mois, nous avons organisé notre mariage. Un petit mariage pour un petit budget. Un petit mariage à notre image: 20 personnes, un (très) bon repas, de beaux vêtements (si vous saviez comme j’aime ma robe!)….

robe
Ma robe n’était pas noire (mais pas blanche immaculée non plus), nos alliances sont en argent, les gens qui étaient présents comptaient vraiment pour nous (et ceux qui n’ont pas pu être invités et qui font la tête maintenant, ben ça fait un ménage de printemps).

Et qu’est ce que ça change dans notre vie quotidienne?
Finalement, pas grand chose. J’ai pris le nom du Mutant (d’ailleurs ça claque Emilie Lutine Sucrée épouse le Mutant, non?), et du coup j’ai le même que nos filles.
Je pleure dès que j’écoute la chanson de notre mariage.
Et puis finalement, c’est tout!

 

Cette journée reste l’un des plus beau jour de ma vie et jamais je n’aurai voulu que notre mariage soit autrement!

 

Et vous, vous êtes mariés?
Lutine Sucrée.

Une troisième grossesse si différente…

23 Avr

Avec le Mutant, quand o a commencé à parler bébé, on était d’accord: 2 enfants. Pas 1 ni 3, 2!

Ma 1ère grossesse a été (presque) idyllique. A part la fatigue et les nausées du départ, je n’ai pas eu à me plaindre. Par contre, l’accouchement n’a pas été pareil du tout.

Ma 2ème grossesse a été plus chaotique. Des bas de contention à cause de soucis de tension, un pseudo diabète gestationnel suivi par un médecin qui pensait plus au protocole qu’au patient et la fatigue et les nausées du début. L’accouchement en revanche, sans avoir été idyllique, a été beaucoup mieux.

Durant cette 2ème grossesse, et même un peu avant, notre idée de la famille « idéale » et le nombre d’enfants que nous voulions est passé de 2 à 4. Oui, carrément!
Pour être honnête, ayant deux sœurs, je ne me voyais pas avec seulement deux enfants, il manquait quelques choses.

Maintenant, je suis enceinte pour la 3ème fois et je me dis que c’est la dernière.
Cette grossesse, sans être un calvaire, est vraiment compliquée.
Fatigue et nausées en début de grossesse. Bon ça, c’est habituel. Je gère plutôt bien le fait de manger fractionné.
Problème de tension, vertiges et bas de contention… Allons-y! Je connais après tout. Heureusement pour moi, c’est fini. Bon à la dernière visite chez le docteur, comme ma tension était basse, elle m’a dit de les remettre…
Insomnies et soucis d’endormissement depuis le début. Je râle, mais on s’y fait.
Pseudo diabète gestationnel, encore… Mais ouf, la nouvelle diabétologue est sympa et comme tout va bien je dois juste faire deux prises de glycémie par jour (et elle ne pause aucune question sur le régime que je suis sensée suivre…)
Vu comme ça, il n’y a rien de grave. Je suis d’ailleurs la première à dire que je suis enceinte et pas malade. MAIS, pour être honnête, tout ça mis bout à bout ça me gonfle. Déjà, parce que je suis bonne à rien. Je me fatigue vite. J’ai du mal à manger, je dors mal… du coup je suis une loque avec un ventre énorme.

26sa4j
Au départ, je plaisantais en disant que plus ça va plus mes grossesses sont pourries mais que mes accouchements sont de mieux en mieux. Donc en toute logique celui-ci devrait être génial! Sauf  que mon petit chevalier prévoit de sortir en armure on dirait… En effet, les filles étaient pile poil dans les courbes mais ont pris énormément le dernier mois. Lui est déjà un « beau » bébé d’après la gynéco… Je me prépare donc psychologiquement à une césarienne. Et ça ne me fait pas franchement rire.

 

Cette grossesse est donc globalement bien plus dure que les autres. C’est pour ça que j’en parle peu (pour ne pas dire pas du tout ici). Je n’ai pas envie de passer mon temps à me plaindre.
Mais qu’on soit d’accord, même si c’est dur, je suis heureuse d’être enceinte. J’ai juste hâte d’être fin juillet/début août pour que ce soit fini!

 

Vos grossesses, bonheur ou calvaire?
Lutine Sucrée.

Des nouvelles…

20 Avr

Reprenant enfin le chemin du blog, il serait de bon que je vous donne quelques nouvelles non? Et que je vous parle un peu du blog et de sa reprise…

Des nouvelles donc:
– je suis enceinte (je vous le disais par ici) de 26SA. Je n’en ai pas beaucoup parlé sur le blog car les premiers mois ont été un peu durs… Soucis de tension, puis encore un pseudo diabète gestationnel qui vient m’embêter, puis suspicion de soucis de thyroïde, grande fatigue… Bref, autant vous dire que c’était pas la joie!
Mais maintenant ça va mieux. Ma nouvelle diabétologue est géniale. Comme tout va bien, je ne suis plus qu’à deux prises de glycémie par jour! Le bébé bouge énormément et la plupart du temps c’est juste génial (oui, la nuit, je trouve ça un peu moins génial). J’avais perdu 3kg en début de grossesse et je n’en ai repris que 2 a priori!
Et comble de bonheur, c’est un petit chevalier qui viendra grossir les rend de la famille!

-Léa-Ann perd ses dents a une vitesse folle! Heureusement que la fée des dents avait un stock de shopkins à la maison…
Elle passera en CP en septembre. Elle a commencé la piscine avec l’école et adore ça! Elle rêve de pouvoir jouer du clavecin mais comme ce n’est pas possible par chez nous, elle se rabat sur la vielle à roue!

-Ann-Charlotte évolue super vite. Elle parle de mieux en mieux! Par contre elle refuse d’entendre parler du pot. Elle qui le demandait il y a quelques mois… Je suis dépitée!

-Le Mutant a enfin sauté le pas: il a crée une page facebook pour montrer les superbes photos qu’il fait. (vous pouvez aller y jeter un coup d’oeil par ici).

 

Pour ce qui est du blog… Je vais me remettre dans le défi d‘Agoaye que j’ai abandonné bien trop longtemps. Je continue les lectures communes avec mes copines. Je voulais vous parler de mon défi 365, mais comme je l’ai lâchement abandonné en même temps que mon blog, il faut que je rattrape un peu mon retard avant. J’ai une ou deux recettes que je voudrais partager avec vous… Et puis, je vous parlerais aussi, sans doute, de ma filleule née pour Pâques, de nos petites sorties du week end…
Si vous avez des envies ou des questions, n’hésitez pas, c’est le moment où tout est possible (ou presque)!

 

Je peux vous le dire, il me manquait mon blog. Vous me manquiez!

 

Lutine Sucrée

Jamais 2 sans 3

21 Jan

Le titre de cet article est bien pourri, je vous l’accorde volontiers… Mais, honnêtement, je n’en ai pas trouvé de mieux!

Quand on s’est rencontré avec le Mutant (et que ça a commencé à être sérieux), on a parlé enfants famille et tout et tout. Au départ nous étions d’accord, nous voulions deux enfants. Si nous avions une fille je voulais qu’elle s’appelle Léa. Si nous avions un garçon il voulait que nous l’appelions Léo. Et puis, on a dû attendre pour faire des enfants. Et petit à petit nos envies ont évoluées avec nous.

En 2009, premier bébé. Notre première fille, Léa-Ann voit le jour. La naissance de cette petite fille nous enchante et peu de temps après nous parlons déjà d’agrandir la famille. Mieux, nous avons déjà les prénoms pour les suivants. Oui, les suivants! Finalement, ce n’est plus deux mais quatre enfants que nous voulons.

En 2013, deuxième bébé. Notre deuxième fille, Ann-Charlotte voit le jour. Cette naissance nous enchante encore une fois et peu de temps après nous parlons encore d’agrandir la famille. Nous avons déjà deux prénoms, un prénom de garçon (ce n’est pas Léo, mais presque) et un prénom de fille (avec Ann dedans bien sûr) pour quand ce sera le moment. Par contre j’ai des doutes quant à avoir un quatrième. Et si on s’arrêtait à trois? C’est bien trois non? Bref, nous verrons bien quand il sera là…

En 2015, un bébé devrait voir le jour. Et honnêtement, plus la grossesse avance, plus je me dis que ça sera le dernier bébé. Parce que si la première grossesse a été idyllique, cette troisième grossesse ne l’est pas du tout…

 

Bref, cet été nous serons 5!

Bilan 2014

31 Déc

Qui dit fin d’année, dit bilan…. Cette année, je ne veux voir que le positif! Je ne m’attacherais donc pas à ce qui aurait pu gâcher mon année!

Si je devais résumer mon année en trois mots ce serait: changement-amitié-mariage

J’ai décidé de changer, d’être plus positive, de prendre plus soin de moi, d’être autant une mère qu’une femme. Je retombe encore parfois dans mes vieux travers: je ne me maquille pas, mes des vieux vêtements… Mais j’essaye de me « soigner ».

L’amitié… Cette année, j’ai redécouvert une amie avec qui ça n’avait pas toujours été facile. Et je suis bien contente que l’on soit à nouveau proches comme avant. Et j’ai consolidé une amitié qui est très importante pour moi!
Angélique et Céline vous m’ête strès précieuses et je vous aime!

Et pour finir cette année en apothéose, nous nous sommes enfin marié le Mutant et moi! Et ça, ça n’a pas de prix. (en fait si ça coûte cher! Mais on s’en fout, je suis Madame le Mutant maintenant!)

nous

 

Et votre année 2014 elle a été comment?

 

Lutine Sucrée

Un goûter de sorcière

19 Nov

La Pipelette devait faire son premier Halloween avec sa meilleure copine cette année. Mais comme je vous le disait ici, elle n’a malheureusement pas pu le faire. Elle n’arrêtait pas d’en parler, ça la rendait triste. Et puis il y avait ce déguisement de sorcière et ses bonbons que nous avions achetés mais qui n’avaient pas servis…

Nous en avons discuter avec le Mutant, et le 9 novembre, nous avons organisé un goûter de sorcière à la maison. Nous avons invité la meilleure copine de La Pipelette avec sa maman et sa petite soeur.

Les filles se sont déguisées en sorcière, elles ont été maquillées (l’une en verte et l’autre en violet). Elles ont joué et mangé des bonbons.

La Pipelette était ravie!

 

Pour l’occasion j’avais fait un gâteau:
gâteau_araignee

J’ai sorti aussi mon reste de carrot cake que nous avions mangé le midi:
carrot_cake_entier

Et nous avons servi avec ça du jus de citrouille bien sûr! (En fait de l’Oasis pêche abricot servi dans un pot à eau).

gouter

 

Les filles ont passé un chouette moment et nous aussi! On le refera sans doute d’ailleurs!

 

Les recettes arrivent bientôt 😉

Lutine Sucrée

Le premier Halloween de la Pipelette

3 Nov

J’avais prévu de vous faire cet article le 1er novembre, à grand renfort de photos et d’anecdotes…

etrange_noel

Nous avions tout prévu: le déguisement de sorcière toute mignonne, le balai, le sac citrouille pour les bonbons. La Chipie avait elle aussi son déguisement: des ailes de fées roses. Bref, nous étions prêts pour le grand jour. Nous devions aller chez la meilleure copine de la puce. La maman de celle-ci l’aurait maquillée (elle voulait même me déguiser en vampire sexy, c’est vous dire). Les bonbons étaient achetés…

Et puis, mardi la Pipelette a eu de la fièvre (39°C). Mercredi ça n’allait pas mieux donc le Mutant l’a emmenée chez le médecin. Verdict: pharyngite. Un peu de sirop, du doliprane et ça allait vite passer. Jeudi, toujours de la fièvre (40°C en se couchant) et elle ne mange presque pas depuis mardi midi. Vendredi, retour chez le médecin. Prise de sang et analyse d’urine pour écarter tout risque d’infection urinaire. La fièvre ne baisse pas malgré le doliprane. On attend patiemment les résultats de la prise de sang. Coup de téléphone de notre médecin. Je vois le Mutant se décomposer au téléphone. Je lui demande si c’est grave, il me fait signe que oui. Il faut emmener la Pipelette aux urgences pédiatriques car les résultats de la prise de sang ne sont pas bons du tout. Elle nous dit qu’ils vont sans doute la garder. Je l’habille en quatrième vitesse, je prépare une valise aussi rapidement et on y va.

Nous arrivons là bas à 17h30. Elle tremble. Elle a de la fièvre. Elle a peur.
On passe au « triage » à 18h10. Elle a encore 40°C de fièvre. On lui donne un doliprane et on lui met des patch emla au cas où. On me pose tout un tas de questions. Puis retour en salle d’attente.
Un médecin viendra enfin nous chercher. Il ne pense pas à un soucis urinaire. Il pense que c’est virale et que nous venons pour rien. Mais comme la fièvre ne tombe pas et que nous n’avons pas les résultats de l’analyse d’urine, il décide d’en refaire une ici.

Il y a un automate aux urgences qui analyse les urines vite fait pour savoir s’il y a ou non infection. On est dans le peut être. Il envoie donc l’urine en analyse au labo. On attend les résultats. Les premiers résultats arrivent et ils sont mitigés. Alors, le médecin décide de ne pas attendre le résultats des cultures qui devraient tomber aujourd’hui lundi. Il me parle alors de pyélonéphrite, de perfusions, de traitement lourds…

Des infirmière viennent lui poser un cathéter. Elle hurlera parce qu’en plein montée de fièvre elle tremble, a la chair de poule, a peur et que les patch ne font plus beaucoup effet. Une fois le cathéter poser, on lui injecte les antibios. Ça dure 30 minutes.

Le médecins revient après et m’explique qu’elle va être hospitalisée à domicile parce qu’on doit lui faire encore deux injections. Elle va donc garder le cathéter et des infirmières viendront la soigner à la maison.

Nous repartirons de là bas à 23h15/23h30.

Le week end a été affreux pour elle. Mais elle a été courageuse. L’hospitalisation à domicile nous a bien facilitée la vie. Mais je suis contente que ça n’ait duré que deux jours.

Ce matin, elle n’a plus de fièvre mais je l’ai quand même gardé à la maison. Tout ceci l’a fatiguée…

Aujourd’hui, nous auront les résultats de l’analyse d’urine. Cet après midi, nous allons faire une échographie rénale pour voir si elle n’a pas de malformation.

 

On peut dire que la façon dont nous avons fêté Halloween est originale non?

 

Et votre halloween alors?

Lutine Sucrée

 

Le Silence

1 Oct

Le silence, quand on est maman est assez rare et très recherché. Pourtant, il a selon le contexte plusieurs significations…

Quand mes deux filles sont réveillées et que d’un coup le silence se fait, je deviens vite soupçonneuse… En effet, quand on est maman, le silence est synonyme de bêtise en cours. Pourtant, parfois, il n’y a aucune bêtise de commise et on retrouve juste deux petites filles en train de feuilleter un livre tranquillement, en train de caresser le chat ou jouant tout simplement.

Quand je me dispute avec le Mutant et que celui-ci ne me répond plus et préfère attendre que je me calme/ne rien dire pour ne pas faire empirer les choses/se taire pour se calmer alors là, ça me met dans une rage folle! Je ne supporte pas ce genre de silence!

Quand je suis seule, que les filles dorment et que le Mutant est à l’aïkido, le silence est parfois pesant. Je n’aime pas ce silence qui envahi ma grande maison. Je finis par sursauter au moindre bruit.

Quand une amie brille par son silence plutôt que de me dire ce qu’elle a sur le coeur, ça me fait mal. Parce que dans ces cas là il n’y a rien de pire que le silence.

Par contre, quand les filles hurlent de bon matin, ou qu’elles font une crise parce qu’elles sont fatiguées mais qu’elles refusent de dormir, je donnerais tout pour avoir un peu de silence.

Quand ma grande ne fait que parler ne me laissant pas le loisir de placer une seule parole, je rêve de silence.

Quand j’arrive à prendre un livre et que les gens choisissent ce moment là pour me parler, je voudrais du silence.

Quand je suis au téléphone et que j’essaye d’avoir une discussion et qu’on vient ma parler/me demander à boire/me crier dans les oreilles, je désire du silence.

 

Finalement, le silence n’est jamais là où il devrait!

 

Lutine Sucrée